Étudier à l'UdeMintegrite


Système d'évaluation


Il existe diverses formes d’évaluation des apprentissages (les travaux, les examens, etc.). Au début du trimestre, chaque professeur présente les formes d’évaluation qu’il privilégiera et les modalités rattachées à chacune (critères d’évaluation, importance relative aux éléments d’évaluation, etc.). Il est cependant possible que le professeur attende plus tard dans le trimestre pour en donner les précisions et les spécifications. Les formes d’évaluation peuvent varier d’un cours à un autre et deux professeurs enseignant le même cours peuvent adopter des modes d’évaluation différents.

Examens
Examens à développement
Examens objectifs
Travaux
Plagiat

 

Examens

Les examens existent généralement sous deux formes : les examens à développement ou les examens objectifs. Certains examens peuvent combiner les deux.

Examens à développement

En ce qui a trait aux examens à développement, il n’est jamais question de rendre textuellement l’information qui a été transmise pendant les cours. Les questions sont plutôt orientées vers une analyse de la matière et une compréhension de l’information.

Examens objectifs

Les examens objectifs sont les examens qui présentent la plus grande nouveauté pour l’étudiant international. Ce type d’examen donne de grandes difficultés à qui n’y est pas habitué. Ainsi, l’étudiant doit choisir parmi des réponses déjà proposées celle qui lui semble la meilleure. Les choix de réponses offerts sont souvent très proches les uns des autres, demandant une compréhension plus raffinée de la matière afin de discerner la meilleure d’entre elles. Le terme « objectif » réfère d’ailleurs au fait qu’il n’existe qu’une seule bonne réponse à chaque question et qu’aucune justification écrite n’est demandée. La correction peut même se faire de manière informatisée. Ce qui caractérise également ce type d’examen est le nombre élevé de questions. L’étudiant peut être soumis à un examen qui comprend 50, 75, voire 100 questions auxquelles il doit répondre en deux ou trois heures. L’efficacité de l’étudiant à analyser correctement les questions et à identifier rapidement la bonne réponse sont des facteurs importants qui influencent souvent les résultats obtenus. L’étudiant désireux d’en savoir plus sur ce type d’examen et la façon d’y répondre pourra trouver de l’information intéressante au chapitre six du livre Devenir efficace dans ses études de Christian Bégin (Éditions Beauchemin, 1992, 199 p.).

 

Travaux

Les travaux se font individuellement ou en équipe. Le nombre de travaux demandé est habituellement précisé par le professeur lors du premier cours.
Il existe une exigence pour les travaux, particulière à l’ensemble des universités québécoises. Elle concerne la nécessité de fonder son travail sur des idées déjà énoncées dans le domaine. Il est très rare que les professeurs acceptent un travail de création à l’intérieur duquel l’étudiant élabore librement et exclusivement un raisonnement personnel. Les travaux doivent habituellement être issus de recherches approfondies dans les livres et les documents scientifiques. Ce n’est qu’à la suite d’une présentation des données accumulées dans le domaine que l’étudiant pourra émettre une idée personnelle, en accord ou en désaccord, à condition qu’elle fasse référence à des données antérieures.

Enfin, il existe un guide de préparation et de présentation des travaux écrits disponible dans les librairies de l’Université de Montréal et dans les bibliothèques. On y explique, entre autres, comment présenter une page titre et une bibliographie, comment incorporer au texte une citation d’un auteur et comment la référer à une note de bas de page, en mentionnant le titre de l’ouvrage et le nom de l’auteur.

 

Plagiat

Le plagiat, le copiage, la fraude, ou toute tentative de commettre ces actes, ou même toute participation à ces actes à l’occasion d’un examen ou d’un travail faisant l’objet d’une évaluation entraînent automatiquement la note zéro (F). D’autres sanctions peuvent suivre telles que l’attribution de la note finale zéro pour le cours, l’exclusion du programme, la suspension et même le renvoi de l’université.

Le règlement disciplinaire sur le plagiat se trouve dans la section « Renseignements généraux » de l’Annuaire général de l’Université de Montréal (Tome 1, Études de premier cycle, 2005-2006).
Pour un travail de recherche, l’étudiant doit obligatoirement mentionner ses sources lorsqu’il reprend la pensée d’un ou de plusieurs auteurs. S’il ne le fait pas, il ouvre la porte au plagiat. Il ne faut donc pas oublier d’indiquer tous les titres et les noms des auteurs dans la bibliographie du travail de recherche. Lorsqu’un étudiant reprend mot pour mot un texte ou une partie d’un texte d’un auteur, il doit le faire conformément aux règles de présentation des travaux, c’est-à-dire écrire la citation entre guillemets et inscrire une note de bas de page indiquant le nom de l’auteur, le titre du livre, l’édition et le numéro de la page où se trouve exactement le texte cité.

Exemple :
« Au cours de l’analyse de dossiers, nous avons remarqué que de nombreux étudiants ignorent les règlements de leur faculté, département ou école… ».1

1DOUVILLE, Lucie. Rapport annuel de l’ombudsman 1993-1994, Université de Montréal, p. 7.

Les citations dans les travaux écrits sont le reflet de recherches approfondies dans les livres et les documents scientifiques menées par l’étudiant. Avec ces données accumulées, l’étudiant peut alors émettre une opinion personnelle.

 

Vous pouvez aussi consultez cette page sur l'intégrité, la fraude et le plagiat.


Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.